Infos +
Accueil / Revue de presse / Journée mondiale du SIDA 2019: Sensibilisation et dépistage volontaire ont marqué la célébration à l’ARSE

Journée mondiale du SIDA 2019: Sensibilisation et dépistage volontaire ont marqué la célébration à l’ARSE

Le 1er décembre 2019 a été célébrée la journée mondiale de lutte contre la pandémie du VIH-SIDA. Placée sous le thème : « les organisations communautaires font la différence », cette célébration a été marquée à l’Autorité de Réglementation du Secteur de l’Electricité (ARSE) par deux activités importantes : une séance de sensibilisation suivie d’une séance de dépistage volontaire.

A l’ouverture de la séance de sensibilisation, Mme Adjoa Catherine AMEGAN, chef Service Administratif a salué l’engagement des premiers responsables de l’Autorité de réglementation en faveur du mieux-être du personnel et a exhorté le personnel à une écoute attentive. « Nous remercions le Directeur général pour cette initiative et encourageons le personnel à prêter une oreille attentive aux messages qui seront délivrer », a-t-elle déclaré après avoir souhaité la bienvenue aux participants. Introduisant son exposé, le Dr Moise DEJEAN, médecin à l’ARSE a rappelé au bon souvenir du personnel de l’Autorité de réglementation les origines de la pandémie, les voies de transmissions, les mesures de prévention et les statistiques caractéristiques. 

« Certes nous avions tous ici déjà entendu parler du SIDA et il est aussi  vrai que des efforts sont faits de sorte que la prévalence a beaucoup baissé au cours de la dernière décennie, mais nous devons rester prudents et maintenir la vigilance », a déclaré le Dr DEJEAN. Ce dernier s’est félicité de la mobilisation du personnel et a, au nom de l’ARSE souhaité la bienvenue aux responsables de l’ONG FAMME (Force en Action pour le Mieux-être de la Mère et de l’Enfant) venus assister le personnel à faire des tests de dépistage volontaire.

« On ne le dira jamais assez, Abstinence, Fidélité, Condom (protection) et Dépistage, doivent être la règle », a commenté Monsieur Folin APEDO, chef de la délégation de FAMME qui a par ailleurs fait part de la disponibilité de son organisation à accompagner l’ARSE dans ce genres d’initiatives.

Reprenant la parole, le Dr Moise DEJEAN a passé en revue les chiffres clés de la pandémie au Togo et dans le monde. Ainsi, on notera que de 1981, année du premier cas officiellement déclaré à 2017, le nombre de personnes infectées dans le monde est évalué à 75 millions d’individus.

Au Togo, il est dénombré 110.000 personnes vivant avec le virus dont 64590 sous traitement Antirétroviral (ARV). Le taux de prévalence est passé de 04% en l’an 2000 à 2,2% en 2018 au Togo, pour un nombre de cas de décès estimé à 430.

Par ailleurs, d’après les données du programme national de lutte contre le SIDA et les IST (PNLS-IST), les études menées au Togo, indiquent que les groupes de population les plus exposées aux IST sont les jeunes, les adolescents sexuellement actifs, les hommes ayant des rapports sexuels avec d’autres hommes, les prisonniers, les professionnels du sexe, les usagers de la drogue, les routiers, les force de l’ordre et de sécurité. En effet, plus de 80% des personnes infectées par le VIH, le sont au cours de rapports sexuels non protégés. Fort de ce constat, le Dr DEJEAN invite le personnel de l’ARSE à des comportements responsables. « Que ceux qui sont séronégatifs fassent tout pour le rester, et que tous ceux qui sont séropositifs, fassent tout pour ne pas être malade du SIDA », a-t ’-il lancé à l’endroit du personnel.

L’orateur a aussi convié les participants à éviter la discrimination à l’endroit des personnes vivant avec le VIH, car, fait-il fait remarquer : « les personnes vivant avec le VIH jouissent de tous les droits attachés à la dignité de la personne humaine; et toute discrimination commise à leur égard est punie par la Loi n° 2010-018 du 31 décembre 2010 modifiant la loi n° 2005-012 du 14 décembre 2005 portant protection des personnes en matière de VIH/SIDA au Togo ».

Après les échanges relatifs à la sensibilisation, le personnel a eu droit à une séance de dépistage volontaire conduite par l’ONG FAMME. Cette séance a connu la participation de la quasi-totalité des membres du personnel de l’Autorité de réglementation.

A propos de arse